Les origines

An early 1900s photograph of ikebana in action. Spencer Collection, The New York Public Library

Un peu d’histoire

Les origines de l’ikebana remontent à l’introduction du bouddhisme au Japon. L’habitude était d’offrir des fleurs au Bouddha. Le bouddhisme zen est la source de cet art complexe et codifié où l’humain, en totale harmonie avec la nature, se doit de créer un objet de contemplation en adéquation avec son état d’âme. Ce sont les moines et Samouraï qui seront les précurseurs de cet art traditionnel.

« Un art ancestral dédié aux fleurs et à tous les végétaux. Il nait du respect envers la nature, profondément ancré dans la culture japonaise. »

ikebana nord

Depuis l’Antiquité,

Les Japonais vivent avec la nature et croient que les dieux descendent dans les montagnes, les rochers, les cascades et les arbres. L’art floral japonais Ikebana est enraciné dans ce profond respect pour les fleurs, les plantes et les arbres. Dans les sanctuaires Shinto, les prêtres mettaient des branches d’arbre à feuillages persistants dans des vases pour prolonger leur vie

Xe siècle,

Cet art sacré pratiqué uniquement par des moines attirait la cour en raison de son esthétique . Prêtres, Seigneurs et Samouraïs sont alors initiés à cet art. Dans les siècles qui suivirent, les cérémonies bouddhistes célébrées non plus uniquement dans les temples, participèrent à l’essor de l’ikebana

XVe siècle,

En 1445 paraît le SENDENSHO, l’un des plus ancien ouvrage sur le sujet. Ce texte fondateur recueille pour la première fois les instructions spécifiques sur l’arrangement floral japonais. Il servira de manifeste pour l’école IKENOBO qui voit le jour en 1462. Fondée par le grand maître Senkei IKENOBO, cette école formule pour la première fois et transmet les règles d’Ikebana en créant notamment le style RIKKA.

Au XVIe siècle,

Influencé par la période artistique de Muromachi (1333-1574), l’ikebana deviens un art visuel apprécié des nobles et des guerriers. La cour organise de nombreux jeux culturels, dont des concours de fleurs.

XVIIème siècle,

Les Tokugawa, une dynastie de shoguns qui dirigèrent le Japon au XVIIe siècle, vont participer à travers la transmission héréditaire (lemoto) à la tradition artistique de l’ikebana au sein de la classe marchande.

XVIIIe siècle,

Alors réservé uniquement aux hommes, l’ikebana est désormais pratiqué par les femmes comme un art du savoir vivre et d’agrément au sein de la classe aristocratique. C’est à cette époque que l’on verra arriver le style SHÔKA, un arrangement constitué de 3 éléments : le ciel, l’homme et la terre.

ikebana histoire
An early 1900s photograph of ikebana in action. Spencer Collection, The New York Public Library

XIXe siècle,

La multiplication des écoles démocratise cet art floral japonais ancestral. Le style Moribana commence à faire son apparition. Sa démocratisation internationale est favorisée par l’ouverture du Japon à l’Occident et la découverte de nouvelles variétés de fleurs. Unshin OHARA fonde sa propre école en 1895.

A partir du XXe siècle,

Le style libre Jiyuka se développe. Des artistes inspirés de l’art contemporain créeront de nombreuses écoles, à partir de l’école SOGETSU créée par SOFU TESHIGAHARA en 1927.

ikebana histoire
An early 1900s photograph of ikebana in action. Spencer Collection, The New York Public Library
ikebana histoire
An early 1900s photograph of ikebana in action. Spencer Collection, The New York Public Library