La philosophie ikebana

Kyoko Hamada and Tetsuya Miura. Just Andersen Bronze Vase, courtesy of Dienst + Dotter Antikviteter.

Ikebana signifie avant tout donner vie aux fleurs, les faire parler pour qu’elles nous montrent la voie vers la sagesse et la tranquillité. Le pratiquant doit apprendre le langage de la plante pour en comprendre sa philosophie.
On appelle aussi l’ikebana le « kadô », c’est-à-dire le chemin des fleurs. (« ka », c’est les fleurs, « dô » c’est le chemin).

A la différence de la forme décorative des arrangements floraux occidentaux, l’arrangement floral japonais crée une harmonie de construction avec les lignes, le rythme et les couleurs. Par exemple, les occidentaux tentent d’accentuer la quantité et les couleurs des fleurs, portant l’attention essentiellement sur la beauté de la fleur. Les Japonais accentuent l’aspect linéaire de l’arrangement. Ils ont développé un art qui valorise aussi bien le vase, les tiges, les feuilles et les branches que la fleur elle-même. chaque fleur est importante, et chaque fleur a une position bien définie.

Pour composer un ikebana il faut se mettre à l’écoute de la nature, la ressentir pour l’imiter ; si une branche est penchée, c’est qu’une autre lui faisait de l’ombre. Il faut respecter l’histoire de la plante, c’est l’oeuvre de la nature. Il s’agit de rapprocher l’homme et la nature en jouant sur les formes et les volumes de la plante.

La symbolique Ikebana

La structure complète de l’arrangement floral japonais est axée sur trois points principaux symbolisant le ciel, la terre et l’homme à travers les trois piliers : asymétrie, espace et profondeur. Ces trois tiges représentaient le paradis, l’homme et la Terre. Le ciel est toujours représenté par le point culminant de la composition, l’humain se trouve en deuxième position vers le centre, et le sol à l’horizontale et plus bas que les deux autres.

Le ciel

Représenté par une forme érigée et bien dressée vous choisirez une branche, ou une hampe florale très rigide pour le figurer. Cet élément sera le point culminant de la composition.

L’humain

Situé dans le milieu du décor, souvent légèrement penché, il peut être représenté par une belle et délicate fleur centralisée ou par un feuillage texturé.

La terre

Elle, s’exprime au travers de végétaux placés au plus bas de la composition, parfois même à l’horizontale.

Les bambous symboliseront la prospérité, les fleurs de pêcher seront un hymne à la féminité, le camélia jaune représentera la nostalgie, le narcisse le respect ou encore la pivoine pour le courage.

« Tout l’art de l’ikebana consiste à dépouiller les branches pour apurer les lignes et conduire à un équilibre esthétique« 

Le symbole des mois

Janvier : Le Pin
Février : Le Prunier
Mars : Le Cerisier
Avril : La Glycine
Mai : l’Iris
Juin : La Pivoine
Juillet : le Liseron
Août : Le Lotus
Septembre : l’Oeillet sauvage
Octobre : le Chrysanthème
Novembre : L’Erable
Décembre : Le Camélia

Le symbole des couleurs

Chez les bouddhistes, les éléments sont symbolisés par des couleurs, bleu pour l’air, jaune pour le vent, rouge pour le feu, blanc pour l’eau et nor pour la terre. Différents tons se trouvent dans les feuillages et les fleurs. Il faut apprendre à les regarder et jouer avec eux. Le contraste des tons et l’équilibre entre les couleurs gaies et les couleurs tristes permettent de créer l’harmonie.